L'édition au service des Auteurs

Comment utiliser la virgule

le 21 Mai 2013

(Cet article s’adresse avant tout à nos auteurs et aux personnes qui désireraient nous envoyer un manuscrit… mais peut intéresser tout le monde ! :))


virguleParmi tous les textes reçus depuis notre création, nous avons pu détecter certains problèmes récurrents de typographie et d’écriture qui semblent hanter les auteurs à des degrés divers…

Cet article est donc le premier d’une série d’informations pratiques qui couvrira tous les sujets nous semblant universellement poser problème. Nous espérons que ces articles vous permettront de bien relire vos textes en connaissance de cause, même si vous n’êtes que peu concerné par certains sujets.

Au menu du jour : l’utilisation de la virgule.

En effet, nous avons constaté que près de 60% de nos corrections lors de la phase de préparation des textes portaient sur des soucis relatifs à cette marque de ponctuation souvent mal maîtrisée : trop présente, pas assez, mal placée, totalement oubliée, utilisée par erreur, etc.

Or, les règles existent bien et laissent finalement peu de place à l’improvisation ! Mais encore faut-il les connaître, pour pouvoir s’en affranchir de temps en temps lorsque la plume l’exige… 🙂

Voici donc l’essentiel à retenir à propos de cette virgule qui a décidément bien du mal à trouver sa juste place.

Virgule INTERDITE

La virgule ne peut jamais séparer les éléments essentiels d’une phrase, c’est-à-dire quand on la réduit à sa plus simple expression « sujet / verbe / complément ».

Par exemple : Il mange un fruit / (Et pas) Il mange, un fruit

Ce rappel peut sembler évident, mais on ne sait jamais…

Avec les propositions coordonnées

Devant « mais », « car », « donc » : la virgule est obligatoire, surtout si la conjonction de coordination est suivie par un verbe.

Par exemple : Je m’achèterais bien une nouvelle voiture, mais je n’ai pas d’argent / Je ne m’achète pas de nouvelle voiture, car je n’ai pas d’argent / Je n’ai pas d’argent, donc je ne m’achète pas de nouvelle voiture.

Devant « et » et « ou » : la virgule est obligatoire s’il y a plus de deux « et » ou « ou » dans la phrase.

Par exemple : Je m’achèterais bien une nouvelle voiture, et une maison plus grande, et si possible avec un jardin / Je m’achèterais bien une nouvelle voiture, ou un vélo, ou une moto.

Devant « ni » : la virgule doit être utilisée uniquement s’il y a au moins trois « ni » dans la phrase, et seulement à partir du deuxième.

Par exemple : Je n’achèterai ni une voiture, ni un vélo, ni une moto / (mais) Je n’achèterai ni une voiture ni un vélo.

Avec les compléments circonstanciels (temps, lieu, cause, but, conséquence, manière, etc.)

En début de phrase : le complément circonstanciel est obligatoirement suivi d’une virgule.

Par exemple : En début de semaine, j’ai enfin pu m’acheter la voiture dont je rêvais.

En milieu de phrase : il est obligatoirement entouré de virgules.

Par exemple : J’ai enfin pu m’acheter, en début de semaine, la voiture dont je rêvais.

En fin de phrase : il est obligatoirement précédé d’une virgule s’il s’agit d’un complément circonstanciel de point de vue. La virgule est facultative dans les autres cas, mais fortement recommandée (surtout si la phrase est longue) pour éviter les éventuels contre-sens.

Par exemple : J’ai enfin pu m’acheter la voiture dont je rêvais, en début de semaine. (Notez que l’absence de virgule changerait le sens de la phrase : elle signifierait alors qu’on rêvait de cet achat en début de semaine, mais qu’il n’a pas forcément eu lieu).

Avec les compléments circonstanciels de point de vue

L’expression qui marque le point de vue doit toujours être isolée par une virgule.

Par exemple : D’après les statistiques, changer de voiture n’est jamais une décision facile.

Avec les compléments circonstanciels de restriction

Ce type de complément doit toujours être isolé par une virgule.

Par exemple : J’achèterais bien une nouvelle voiture, sauf qu’en ce moment mes finances sont mauvaises.

Avec les propositions relatives (introduites par « qui », « que », « quoi », « dont », « où »)

La proposition est essentielle à la compréhension de la phrase : il n’y a jamais de virgule.

Par exemple : Je ne supporte pas les gens qui changent de voiture tout le temps. (On parle d’une catégorie de gens précise : ceux qui changent de voiture)

La proposition est explicative et fournit un éclaircissement complémentaire mais non essentiel à la compréhension de la phrase : elle est obligatoirement précédée d’une virgule.

Par exemple : Je ne supporte pas les gens, qui changent de voiture tout le temps.

(Ici, une simple virgule permet de comprendre qu’on porte un jugement sur TOUS les gens dans leur ensemble)

Avec la proposition incise (insérée par le narrateur pour diriger le récit)

Tout commentaire inséré par le narrateur pour contrôler des éléments de dialogue doit obligatoirement être encadré par des virgules.

Par exemple : Il n’est pas obligatoire, dit-il, de changer de voiture aussi souvent.

Avec les phrases emphatiques (sujet repris par un autre déterminant)

Tout sujet véritable d’une phrase emphatique doit obligatoirement être isolé par des virgules.

Par exemple : Le vrai luxe, c’est de pouvoir changer de voiture aussi souvent que l’on veut. (Le « c' » est une reprise du véritable sujet, « le vrai luxe »)

Avec les propositions subordonnées de concession (introduite par « bien que », « en dépit du fait que », « même si », etc.)

Ce type de proposition doit obligatoirement être suivi d’une virgule.

Par exemple : Je dois absolument changer de voiture, bien que mon budget ne me le permette pas vraiment.

Avec les propositions subordonnées d’opposition (introduite par « alors que », « tandis que », « au contraire de », etc.)

Ce type de proposition doit obligatoirement être précédé d’une virgule.

Par exemple : Je veux changer de voiture, alors que mes amis me recommandent d’attendre.

Avec les propositions subordonnées de condition (introduite par « si », « au cas où », etc.)

Ce type de proposition doit obligatoirement être précédé d’une virgule.

Par exemple : Je changerai de voiture, si mon budget me le permet.

Avec les marqueurs de relation (« premièrement », « ensuite », « tout d’abord », « de plus », etc.)

Le marqueur est en début de phrase : il est obligatoirement suivi d’une virgule.

Par exemple : Donc, j’ai finalement décidé de changer de voiture.

Le marqueur est en milieu de phrase : la virgule est soit totalement absente, soit de part et d’autre du marqueur.

Par exemple : J’ai décidé par ailleurs de changer de vélo / (ou) J’ai décidé, par ailleurs, de changer de vélo.

Avec les appositions

Les appositions sont des informations complémentaires données à propos d’un mot qui fait partie de la phrase : elles sont toujours isolées par des virgules.

Par exemple : La voiture, mode de déplacement bien pratique, est essentielle pour les personnes qui vivent à la campagne.

Avec les mises en apostrophes

Les mises en apostrophes consistent à interpeller une personne : elles sont toujours isolées par des virgules.

Par exemple : Hélène, tu l’achètes cette voiture ? / (ou encore) Ce serait bien, Hélène, que tu finisses par te décider !

Avec ellipses du verbe

Lorsqu’un verbe n’est pas répété (afin d’alléger le texte) mais sous-entendu : la place qu’il devrait occuper est toujours remplacée par une virgule.

Par exemple : Ma voiture actuelle est trop vieille et celle que je veux acheter, trop chère.

Dans les cas d’énumération de plusieurs actions

Lorsqu’une phrase est constituée de plusieurs éléments verbaux qui se juxtaposent, il est fortement recommandé de terminer par une conjonction de coordination plutôt que par une virgule, afin d’éviter l’effet « inachevé » de la phrase.

Dans une phrase à l’effet poétique, le résultat peut être beau (par exemple : Il pleuvait, il ventait, j’avais froid.), mais dans un texte plus narratif, cela donne l’impression que la phrase n’est pas finie (par exemple : Je me levai, pris mon manteau, partis acheter une nouvelle voiture donne une impression de phrase non terminée, alors que Je me levai, pris mon manteau et partis acheter une nouvelle voiture est plus abouti).

Vous l’aurez donc compris… j’ai envie de changer de voiture ! 🙂

Plus sérieusement, même si nous sommes tous voués à faire des erreurs dans ce domaine, la virgule répond à des règles finalement assez précises qu’il est important de maîtriser pour qu’un texte soit digeste. Il vous appartient de faire une entorse aux règles lorsque la raison est valable, mais cela doit rester exceptionnel.

Autre remarque qui découle directement de notre travail éditorial et d’un constat récurrent : n’hésitez pas à couper une phrase en deux.

Les auteurs ont souvent peur des phrases trop courtes, comme si cela sous-entendait que leur plume est mauvaise. Pourtant, mieux vaut bien utiliser le point que de malmener trop de virgules et d’obtenir des paragraphes alambiqués !

Une bonne solution dans ce domaine : relisez-vous à voix haute. Vous verrez que les phrases constituées de trop de virgules vous heurteront les oreilles…

En espérant que ce petit récapitulatif vous sera utile, nous vous souhaitons de bonnes séances d’écriture.


  • Facebook
  • Twitter
  • Google
  • Pinterest
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Blogger
  • Digg
  • Add to favorites
  • Email

Comments

comments

    19 Commentaires

  1. La virgule est très utile pour fluidifier et faciliter la lecture. Il est donc très important de maîtriser son utilisation.

    Merci pour le rappel de ces règles. Ça ne peut pas faire de mal ! 😉

    Pascal

    21 mai 2013

  2. Bonjour à tous

    Et bien moi, je suis ravi que cette petite piqûre de rappel ai été faite dans les règles.
    Le problème que je rencontre quand j’écris mes articles, c’est que je finis par faire des fautes que je ne faisais
    pas dans le passé, à force de lire de s textes comportant pleins de fautes.
    Je finis par imiter ces fautes et ne plus savoir parfois si j’écris encore correctement…

    Arieli

    21 mai 2013

  3. Excellent et très clair. Merci.
    J’ajouterai seulement que, dans la plupart des cas, la virgule « s’entend » à l’oral. Cela « saute à l’oreille » lorsqu’on lit vos exemples à voix haute.

    Sylvie Chaussée-Hostein

    22 mai 2013

  4. Merci à tous pour vos commentaires ! 🙂

    Hélène Jacob

    22 mai 2013

  5. Merci (sans virgule :-)) pour ce bon usage de la petite patte de mouche de l’écriture,souvent embarrassante, qui vient régulièrement poser le doute de sa pertinence, entre deux mots, entre deux phrases.

    Franck

    2 juin 2014

  6. Ravie que ce petit résumé soit apprécié. 🙂

    Hélène Jacob

    3 juin 2014

  7. Merci pour cet article très complet.

    Cependant, il me semble qu’il manque un cas (pourtant un des plus courants) dans lequel la virgule est importante : l’énumération de noms (communs ou propres).

    Ex : J’ai acheté des pommes, des poires et des oranges.

    Ou, si vous préférez : J’ai acheté plusieurs voitures : une Peugeot 306, une Audi TT et une Ferrari 458. 🙂

    Je me pose d’ailleurs la question concernant une phrase où se trouvent à la fois l’énumération de noms et l’énumération d’actions (dont vous parlez dans votre article).

    Ex : Romain, Patrick, Sophie et Georges se lèvent et partent.

    Faut-il une virgule après le dernier nom (Georges)? Faut-il séparer l’énumération de noms de l’énumération d’actions et, ainsi, écrire : « Romain, Patrick, Sophie et Georges, se lèvent et partent. » ?

    TybaltV7

    25 janvier 2015

    • Bonjour Tybalt,

      Oui, effectivement, j’ai omis le seul cas pour lequel nous ne constatons généralement aucune faute dans les textes. 🙂

      En ce qui concerne votre question, elle renvoie en fait au point 1 qui dit « La virgule ne peut jamais séparer les éléments essentiels d’une phrase, c’est-à-dire quand on la réduit à sa plus simple expression « sujet / verbe / complément ». »

      « Romain, Patrick, Sophie et Georges » étant le groupe sujet direct des verbes qui les suivent, aucune virgule ne doit les en séparer.
      On obtient donc bien : « Romain, Patrick, Sophie et Georges se lèvent et partent. »

      Merci pour votre commentaire et à bientôt sur notre site !
      Amicalement,
      Hélène

      Hélène Jacob

      25 janvier 2015

  8. Article très intéressant!
    C’ets d’autant plus dommage d’utiliser « poser problème ».
    Des sujets embarrassants?

    anne

    31 juillet 2015

  9. Merci pour ce très bon article.

    Dans la phrase que vous donnez en exemple: « Hélène, tu l’achètes cette voiture ? »,
    « cette voiture » étant apposé au pronom « l' », ne vaudrait-il pas mieux écrire: « Hélène, tu l’achètes, cette voiture ? »

    Sophie

    17 juin 2016

    • Bonjour, Sophie.

      Oui, tout à fait. Je n’ai mis dans cette phrase que la virgule correspondant à l’exemple en question, afin qu’elle ressorte et qu’on comprenne à quel type de construction elle se rapporte, mais l’autre est effectivement obligatoire dans ce cas.

      Bonne fin de journée !
      Hélène

      Hélène Jacob

      17 juin 2016

      • Merci pour votre réponse et bonne fin de journée à vous aussi.
        Sophie

        Sophie

        17 juin 2016

  10. et ça peut changer le sens d’une phrase…
    Les élèves qui avaient ri furent punis. (seuls ceux qui avaient ri furent punis)
    Les élèves, qui avaient ri, furent punis. (tous les élèves avaient ri)

    Dans un des quatre évangiles, par exemple, en fonction de la place de la virgule, on peut changer toute une vision des choses, et ce pendant des siècles…
    « En vérité je vous le dis, aujourd’hui vous serez avec moi dans le paradis. » (nous allons nous retrouver dès aujourd’hui dans le paradis, d’où la théorie du passage immédiat de l’âme dans un au-delà)
    « En vérité je vous le dis aujourd’hui, vous serez avec moi dans le paradis. » (plus tard, quand vous ressusciterez et c’est aujourd’hui que je vous le dis, base de la théorie de la résurrection à la fin des temps).

    On imagine aisément les erreurs d’interprétation que le mauvais placement d’une virgule peut engendrer dans un texte de loi, un décret, un règlement…

    Marie-Ida Artusi-Tessier

    16 février 2017

    • Excellents exemples complémentaires (dans le second cas, il aurait mieux fait de s’abstenir tout court, cela aurait évité bien des problèmes d’interprétation ! 🙂 )

      Hélène Jacob

      16 février 2017

  11. Effectivement, je suis d’accord avec vous ! Comme quoi on peut faire dire ce que l’on veut à un texte, juste avec une petite patte de mouche !
    Méfiance en ce qui concerne notamment les programmes politiques et les textes de loi ! ;-))

    Marie-Ida Artusi

    16 février 2017

  12. Bonjour,

    il y a t’il une règle à observer avec « puis ». J’ai l’impression que l’usage de la virgule varie en fonction de son utilisation.

    Je vous remercie

    Clément

    21 février 2017

  13. Merci pour cet article très complet qui me permets d’améliorer grandement mon manuscrit.

    Anna Kriakovna

    25 février 2017

  14. Bonjour,

    Merci pour cet article qui m’a bien aidé. J’étais perdu dans l’utilisation de la virgule.

    (Devrais-je d’ailleurs écrire ces deux dernières phrases au moyen de propositions juxtaposée, séparées par une virgule?
    « Merci pour cet article qui m’a bien aidé, j’etais perdu dans l’utilisation de la virgule. »
    La virgule prendrait ici le sens de « car » et introduirait un complément circonstanciel de cause.

    Je fais face à une autre hésitation en rapport avec l’exemple illustrant l’ellipse du verbe:
    « Ma voiture actuelle est trop vieille et celle que je veux acheter, trop chère. »

    Je serais tenté d’insérer une virgule avant le « et » car le sujet du verbe dont on fait l’ellipse n’est pas « ma voiture », mais « celle ».

    Je ne pense pas avoir le bon raisonnement.
    Merci pour votre aide.

    Thim

    12 mars 2017

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *