Sélectionner une page

Interview auteur : Claude Colson

1 Juil 2014 | Interviews auteurs | 0 commentaires

Claude passe à son tour sur le grill de l’interview.

Rappel du principe : 10 réponses au moins parmi une vingtaine de questions qui sont proposées à nos auteurs.

De quoi vous permettre de mieux connaître l’auteur de Aimez-vous la danse ?, sorti hier 30/06.

lille-pour-EHJQu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire et à quand remonte cette passion ?

Un trop plein de vécu, à extérioriser et exorciser, d’une part, et des voyages en train qui m’ont donné d’abord l’envie de lire, puis d’écrire.


Vous écrivez le matin, le soir, la nuit ? Suivez-vous une organisation précise pour planifier vos séances d’écriture ?

Pas d’habitude en ce domaine, c’est l’envie arrivant soudainement qui est déterminante. Je dois vaincre une certaine tendance à la procrastination. :). Je n’écris pas la nuit.


Quelles sont vos sources d’inspiration ?

La nature pour la poésie, le ressenti, l’observation des gens et l’acte d’écrire lui-même qui est générateur d’idées.


En dehors de l’écriture, vous avez des hobbies ou d’autres passions artistiques ?

Le bon vin, la nature, la montagne en particulier, la calligraphie et très récemment le Qi Gong.


D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, pouvez-vous en parler ?

Je viens d’entreprendre une fiction, quoique d’inspiration autobiographique, qui devrait donner – en cas d’aboutissement, au moins une novella d’une centaine de pages de livre, peut-être plus, mais je suis adepte de la forme courte jusqu’ici. Cela vient je pense de ma formation par la poésie… et peut-être d’une certaine paresse. Mais j’aime en écriture aller droit au but.


Que pensez-vous de l’édition numérique (avantages/inconvénients) ?

Je la connais encore peu, je viens de rejoindre ce media. L’avantage est le coût qui donne au lecteur la possibilité de diversifier ses découvertes, et aussi le poids (!), aurai-je le regret de la sensualité du toucher du papier ? De toute manière les deux supports peuvent cohabiter.


Comment imaginez-vous l’avenir de l’édition (en France, en particulier) ?

J’espère que l’édition indépendante, découvreuse de talents, réussira à passer ce cap difficile qu’elle vit actuellement.


Vous êtes plutôt chien ou chat ? Vanille ou chocolat ? Thé ou café ?

Je suis chat, chocolat et café.


Si vous écrivez sous pseudo, pourquoi et comment l’avez-vous choisi ?

Par besoin à l’époque de préserver la vie privée ; j’ai pris un prénom semblable au mien (partie du prénom composé) et pour le nom j’ai choisi quelque chose de même origine étymologique que mon patronyme.


Votre musique préférée ? Écrivez-vous en musique ?

À une époque j’aimais beaucoup les musiques nostalgiques : Cohen, Graeme Allwrigt, Joan Baez, les ballades irlandaises… le Boléro, Mozart.


Des auteurs de référence à citer qui influencent votre écriture ?

Au début, Duras, sans conteste, pour l’écriture blanche ; après je ne sais, je lis beaucoup mais ne suis pas conscient des influences. J’aime bien Philippe Claudel, Nancy Houston, etc.


En publiant un livre, quel est votre objectif principal ?

Vivre plus intensément par l’écriture, tendre à une certaine beauté et, bien sûr, réussir à partager cet univers en étant lu.


Pourquoi avoir choisi les Éditions HJ pour publier votre ouvrage ?

J’ai plusieurs éditeurs déjà, mais j’ai été séduit par l’exhaustivité de la présentation de votre maison sur votre site, la transparence. Et puis j’ai commencé cette année à publier en numérique.


Un conseil que vous donneriez à une personne qui se lance dans l’écriture de son premier livre ?

S’attendre à une très longue traversée et à pas mal de refus, retravailler sans cesse, faire le tri dans les critiques qu’il faut écouter toutes au préalable.


Un livre réussi, pour vous, qu’est-ce que c’est ?

Un livre qui vous transporte émotionnellement comme, par exemple, « Réparer les vivants » de Maylis de Kérangal.


Si vous écrivez uniquement dans un genre précis, êtes-vous attiré par d’autres types de littérature pour de futurs ouvrages ?

Pour l’instant j’écris des romans très courts (novellas), de la poésie ; j’aimerais écrire plus long (roman ?)


Quelles phases émotionnelles avez-vous traversées au fil de la création de votre livre (écriture, envoi de manuscrit, signature de votre contrat, publication, etc.) ?

Avec vous j’en suis au début, donc ce fut le plaisir de la création d’abord. L’envoi du manuscrit ne représente qu’une souvent longue période d’attente à l’auteur déjà ancien que je suis (elle fut plus brève chez vous). L’acceptation est toujours un moment fort, tout comme l’arrivée concrète du « bébé ».


Vous êtes plutôt voiture ou vélo ? Mer ou montagne ? Cinéma ou télévision ?

J’ai fait un peu de vélo, mais suis actuellement limité en ce domaine. Sinon je suis montagne et télé (le cinéma actuel, la production, ne m’apporte bien souvent plus les émotions que je ressentais dans mes années d’étudiant (70)).


Si c’était à refaire, est-ce que vous réécririez votre ou vos livres de la même façon ?

On écrit ses livres en fonction de ce que l’on est à un moment donné : je n’en renie aucun.


Posez-vous une question qui ne fait pas partie de cette liste et répondez-y.

« Qu’est-ce qui te fout en rogne ? »
Les violences exercées lâchement contre les faibles.


Les lecteurs de Claude peuvent le suivre sur Facebook : voir sa page

Découvrez aussi son site Web : http://claude-colson.monsite-orange.fr

Vous pouvez aussi lui écrire à l’adresse suivante : monilet[at]wanadoo.fr

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follows
Shares
Share This

Abonnez-vous à notre newsletter

En rejoignant notre cercle de lecteurs, vous recevrez toutes nos news importantes et profiterez d'offres dédiées, de cadeaux surprise et d'informations réservées à nos abonnés.

Votre inscription est bien enregistrée, merci !