Sélectionner une page

Interview auteur : Liliane Fournier

6 Août 2016 | Interviews auteurs | 0 commentaires

Aujourd’hui, c’est Liliane Fournier, arrivée dans notre maison il y a quelques mois, qui se lance dans l’interview auteur.

Rappel du principe : 10 réponses au moins parmi une vingtaine de questions qui sont proposées à nos auteurs.

De quoi vous permettre de mieux connaître l’auteur de Andalou.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Le plus souvent, ce sont mes passions : il n’y a pas une histoire sans chevaux, photo ou dessin (le rallye, un de ces jours). Ensuite, le point de départ d’une histoire est souvent un moment de vie, une conversation, une personne croisée. Il y a des petits bouts de ma vie dans chacun de mes écrits et je les accommode avec d’autres personnages, d’autres histoires.


En dehors de l’écriture, vous avez des hobbies ou d’autres passions artistiques ?

Hélas, oui, trop ! Je chante à mes heures, surtout lorsque j’ai besoin de me défouler. Je me suis remise au dessin cette année et ça me fait un bien fou, je n’ai jamais lâché la photo, mon sujet de prédilection est le nu masculin et les modèles sont rares (je ne cours pas assez vite !), mais je ne désespère pas !
J’ai arrêté les chevaux parce que mon dos ne voulait plus continuer (mais je reviendrai un jour, je reviendrai !) et je m’adonne régulièrement au rallye historique, dans une alpine berlinette (une petite merveille de 1968, pour ceux qui ne connaissent pas).


D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, pouvez-vous en parler ?

La aussi, je pourrais dire « trop » ! Je suis en train d’écrire la suite d’« Andalou », qui devrait s’appeler « Andalouse ». Sans quitter totalement le monde tauromachique (mon héros est torero), le deuxième livre sera plus axé sur les chevaux et une énigme familiale.
Dans le même temps, je viens de finir l’écriture d’un roman qui est un road book (comment appelle-t-on un road movie écrit ?), l’histoire d’un voyage en Écosse qui ne se déroule absolument pas comme prévu.
Et mon disque dur est encombré par les premières pages de futurs romans (quand j’ai une idée, pour ne pas perdre le feeling, j’écris les 2 ou 3 premiers chapitres et j’attends d’avoir le temps d’y revenir).


Votre musique préférée ? Écrivez-vous en musique ?

J’aime presque tous les styles musicaux, avec une nette préférence pour le rock et peu d’attirance pour le rap. Je n’arrive pas à écrire en musique. Les seuls que j’autorise à chanter près de moi, ce sont les oiseaux (en même temps, je n’ai jamais réussi à les faire taire !). J’ai un goût prononcé pour le silence de la campagne : feuilles bougées par le vent, chant d’oiseaux, sonnailles des vaches et… débroussailleuse !


Que pensez-vous de l’édition numérique (avantages/inconvénients) ?

J’adorais les livres papier, c’est vrai. Je pourrais construire une maison avec des murs en livres, tant ils prennent de la place. J’ai découvert le numérique il y a peu et je l’ai adopté très vite : gain de place, possibilité de balader sa bibliothèque partout et surtout, le déclic est venu d’une envie de lire en anglais. Via les boutiques numériques, j’avais un choix infini devant moi et la possibilité d’utiliser un dictionnaire d’anglais en direct live, le top ! L’inconvénient majeur ? L’odeur ! Celle du papier et de l’encre me manque !


Pourquoi avoir choisi les Éditions HJ pour publier votre ouvrage ?

J’aime son côté écolo : on ne passe pas son temps en déplacement, mais on arrive à communiquer sans balancer du CO2 dans l’atmosphère. J’ai pu envoyer un manuscrit numérique au lieu d’utiliser des kilos de papiers.
Je pense que son orientation numérique a de l’avenir, sa manière de fonctionner est moderne, contrairement à d’autres qui se cramponnent à des méthodes archaïques. Son catalogue est varié, sa chef de bande est dynamique et il y règne une chaude ambiance, un peu comme dans une famille.


Un conseil que vous donneriez à une personne qui se lance dans l’écriture de son premier livre ?

Ne pas chercher à écrire le meilleur livre de l’année, mais se faire plaisir. Choisir une histoire simple : on n’apprend pas à tricoter en faisant du jacquard ! Écouter son instinct et choisir des premiers lecteurs fiables, pas forcément ses meilleurs copains, mais de vrais amis qui savent dire qu’ils n’aiment pas et surtout pourquoi ils n’aiment pas.


Un livre réussi, pour vous, qu’est-ce que c’est ?liliavat

C’est quand on ralentit son rythme de lecture lorsqu’il ne reste plus que quelques pages à lire, pour faire durer le plaisir. Ou celui qu’on finit à 4 heures du matin, parce qu’on n’a pas pu s’arrêter !


Quelles phases émotionnelles avez-vous traversées au fil de la création de votre livre (écriture, envoi de manuscrit, signature de votre contrat, publication, etc.) ?

L’écriture est le meilleur moment, je pense à mon histoire en permanence, j’écris partout, ça me dévore et j’adore ça. La relecture et le travail que j’appelle de « petits points », c’est-à-dire quand on retravaille certains passages, pour creuser un peu plus les personnages, par exemple, est le moment qui me prend le plus la tête, en bien et en mal. La correction est un moment douloureux. L’envoi du manuscrit est en même temps une déchirure et un soulagement, je laisse mon bébé voler vers d’autres cieux et surtout, c’est fini, je ne le touche plus ! La signature du contrat, c’est comme si on me disait enfin, « vas-y », « tu as eu raison » ! C’était vraiment un grand moment, parce que j’ai une nette tendance à douter. Ça m’a surtout permis d’affirmer autour de moi, que « non, je ne perdais pas mon temps » ! J’ai dû relire ce mail 20 fois !


Si c’était à refaire, est-ce que vous réécririez votre ou vos livres de la même façon ?

Je ne parle que d’« Andalou », qui est pour le moment le seul édité : je ne choisirais pas le décor de la tauromachie, mais plutôt un cadre politiquement correct, consensuel, lisse, gris, connu, identifiable, tendance quoi ! Mais non, je plaisante ! Je ne vais quand même pas choisir mes thèmes d’écriture en fonction du marché, ce serait me renier ! Même s’il est parfois dur de parier sur l’ouverture d’esprit et la curiosité de lecteurs qui ne me connaissent pas et qui vont buter sur un thème hors normes.


En publiant un livre, quel est votre objectif principal ?

Embarquer mes lecteurs dans mon univers. Raconter des histoires qui les sortent du quotidien.
Donner une légitimité au temps que je passe à écrire, puisque mon entourage ne se contente pas toujours du plaisir que j’y prends !


Les lecteurs de Liliane peuvent la suivre sur Facebook : voir sa page

Ils peuvent aussi découvrir ses deux sites Internet : ici et ici

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follows

Abonnez-vous à notre newsletter

En rejoignant notre cercle de lecteurs, vous recevrez toutes nos news importantes et profiterez d'offres dédiées, de cadeaux surprise et d'informations réservées à nos abonnés.

Votre inscription est bien enregistrée, merci !

Shares
Share This