Sélectionner une page

Interview auteur : Marie-Noëlle Garric

30 Mar 2014 | Interviews auteurs | 0 commentaires

Voici notre interview-auteur du jour : celle de Marie-Noëlle Garric.

Rappel du principe : 10 réponses au moins parmi une vingtaine de questions qui sont proposées à nos auteurs.

De quoi vous permettre de mieux connaître la personne qui se cache derrière le roman Giroflée – Vie et mort d’une sorcière.

Marie-Noëlle Garric
Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire et à quand remonte cette passion ?

J’ai toujours eu envie d’écrire. Depuis la première lettre envoyée à ma grand mère dans laquelle je décrivais abondamment un pot de violettes, jusqu’aux poésies que je griffonnais pendant les études en les illustrant sur un cahier de brouillons. Un jour, la surveillante a confisqué le cahier, mettant ainsi fin, sans le savoir, à ma carrière de poète-illustrateur. En panne de rimes, je me suis plongée pour ne plus en ressortir dans la prose et le roman. des intrigues échevelées que je composais le soir dans un nouveau cahier, à spirales, celui-là, le fin du fin !


Vous écrivez le matin, le soir, la nuit ? Suivez-vous une organisation précise pour planifier vos séances d’écriture ?

J’écris le matin, généralement tôt et pendant un long moment. Entrecoupé de pauses : thé, tour de jardin, boîte aux lettres…


Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Mes sources d’inspiration? Les gens, les situations de la vie courante, les lectures en tout genre. Les gens que l’on désigne en général comme idiots ou vides me fascinent. Je me demande toujours : « Mais qu’est-ce qu’il y a derrière ? » J’aime les failles, les fractures presque imperceptibles, les basculement, les doutes…


En dehors de l’écriture, vous avez des hobbies ou d’autres passions artistiques ?

J’ai essayé de jouer du piano. j’en frémis encore…. j’aurais tant aimé être cantatrice…


D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, pouvez-vous en parler ?

Je suis en train de terminer un roman qui s’inspire très largement de mon expérience d’enseignante : avec des élèves précoces et dans un collège perdu au fond du fond de la France profonde où se concentrait une forte proportion de fous plus ou moins patentés !


Vous êtes plutôt chien ou chat ? Vanille ou chocolat ? Thé ou café ?

J’ai eu un chat : George, ainsi appelé parce que je ne savais pas s’il était mâle ou femelle et parce que je travaillais à l’époque sur George Sand. puis, George a disparu un soir… Il a réapparu quelques semaines plus tard, avec un collier à clochette, et l’air de s’être trouvé un nouveau maître. George est un traître. Mais j’aime les chats. Et puis le chocolat sous toutes ses formes… Je n’en achète pas souvent car je ne sais pas m’arrêter.


Votre musique préférée ? Écrivez-vous en musique ?

J’ai plein de musique que j’aime : le Rock, le Reggae, l’Opéra, la variété… Parfois, j’écoute Madame Butterfly en écrivant, mais si j’y prête trop d’attention, je n’écris plus.


Des auteurs de référence à citer qui influencent votre écriture ?

Mon maître et mon complexe, c’est Flaubert. J’admire la simplicité de ses sujets, le gueuloir dans lequel il éprouvait le balancement de ses phrases, les imparfaits et les passés simples ciselés au cordeau, un lexique au plus près de la sobriété. Longtemps son ombre m’a empêché d’écrire.
Montaigne est un ami que je relis tous les 10 ans environ. Il ne me contredit pas et me critique rarement !


Pourquoi avoir choisi les Éditions HJ pour publier votre ouvrage ?

Un ami m’avait fait passer un lien. J’ai cliqué, j’ai découvert une maison d’édition dont la démarche me plaisait. Je n’ai pas été déçue !


Un livre réussi, pour vous, qu’est-ce que c’est ?

Un livre réussi, c’est un ouvrage qui peut toucher le plus possible de gens, dont le message est le plus universel possible malgré son ancrage singulier.


Vous êtes plutôt voiture ou vélo ? Mer ou montagne ? Cinéma ou télévision ?

Je suis vélo, parce que l’engin ne fait pas de bruit, glisse et parce qu’on a le vent dans les cheveux. La mer… J’aime la regarder et l’écouter. Mais qu’on ne me demande plus de naviguer dessus. Je ne comprends rien aux vents et j’ai le mal de mer rien qu’en regardant une balancelle dans un jardin… Et… Je ne sais jamais de quel côté faire du rappel sur un dériveur.


Posez-vous une question qui ne fait pas partie de cette liste et répondez-y.

« Dis donc, Marie-No, tu as l’intention d’écrire encore longtemps? » – Mais oui ! Et même si c’est parfois difficile, il y a de purs moments de bonheur : une phrase qui arrive au bout des doigts et des touches et qui est exactement à sa place. Un mot qui colle parfaitement.


Les lecteurs de Marie-Noëlle peuvent découvrir son site à l’adresse suivante :
http://marie-noelle-garric.e-monsite.com/

Nous vous invitons aussi à la suivre sur Facebook : voir son profil

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follows
Shares
Share This

Abonnez-vous à notre newsletter

En rejoignant notre cercle de lecteurs, vous recevrez toutes nos news importantes et profiterez d'offres dédiées, de cadeaux surprise et d'informations réservées à nos abonnés.

Votre inscription est bien enregistrée, merci !