L'édition au service des Auteurs

Interview auteur : Philippe Meyrignac

le 16 Sep 2014

Philippe se prête à son tour au jeu de l’interview auteur.

Rappel du principe : 10 réponses au moins parmi une vingtaine de questions qui sont proposées à nos auteurs.

De quoi vous permettre de mieux connaître l’auteur du Papillon Vert, publié hier.

MEY-2010-SWEAT-MARINQu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire et à quand remonte cette passion ?

J’écris en fait depuis l’adolescence des poèmes puis des chansons j’ai accumulé un répertoire de 50 chansons écrites au fil des ans que j’interprète en guitare-chant pour mes amis. A 50ans passés j’ai eu l’envie d’écrire dans un format plus long qui me permette de donner ma vision de la vie.


Vous écrivez le matin, le soir, la nuit ? Suivez-vous une organisation précise pour planifier vos séances d’écriture ?

J’écris pour répondre au plan de production de mon récit, surtout le week-end et le soir. Mais souvent, étant habité par mon sujet, les idées me forcent alors à écrire à tout moment de la journée y compris la nuit.


Quelles sont vos sources d’inspiration ?

J’aime bien faire des recherches avec internet dans l’histoire ou la littérature.


En dehors de l’écriture, vous avez des hobbies ou d’autres passions artistiques ?

Je suis un autodidacte en écriture, en interprétation de chansons et aussi en peinture, à laquelle je me suis essayé il y a quelques années.


D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, pouvez-vous en parler ?

Après un premier roman je souhaite poursuivre, j’ai plusieurs projets mais il est encore tôt pour en parler.


Que pensez-vous de l’édition numérique (avantages/inconvénients) ?

Travaillant moi-même dans l’informatique de gestion je considère que l’édition numérique est un nouveau moyen de diffusion qui va prendre une grande part dans les années qui viennent.


Votre musique préférée ? Écrivez-vous en musique ?

J’aime beaucoup la musique Classique, Mon roman évoque à plusieurs endroits la musique de Jean-Philippe Rameau, l’action se déroule en effet au XVIIIème siècle. Mais j’apprécie plus particulièrement la musique symphonique, celle de Gustav Mahler principalement.


À travers vos livres, quel(s) message(s) souhaitez-vous véhiculer ?

Dans mon roman « Le Papillon Vert » je retrace la vie et les voyages d’un savant et explorateur du XVIIIe siècle. En plus du parcours riche d’aventure et de voyage de ce personnage passionnant, j’ai imaginé que cet homme avait des états d’âmes et qu’il s’interrogeait sur sa propre personnalité mêlant des traits masculins et féminins. Bien évidement c’est ma propre réflexion sur la vie que j’ai voulu reporter ainsi sur un personnage historique. J’ai voulu montrer également l’arrivée de la poésie romantique en plaçant au centre du roman un texte en prose écrit comme une sorte de pastiche annonciateur des images du « Bateau ivre » de Rimbaud.


En publiant un livre, quel est votre objectif principal ?

J’écris car j’ai besoin de créer. Comme lorsque j’écris des chansons, l’écriture d’un livre me permet de témoigner des expériences de ma vie.


Pourquoi avoir choisi les Éditions HJ pour publier votre ouvrage ?

Je n’ai pas choisi les Éditions HJ ; elles se sont imposées comme une évidence. Il est très difficile de publier un premier roman. Je remercie vraiment les Éditions HJ de me permettre de vivre cette aventure.


Un conseil que vous donneriez à une personne qui se lance dans l’écriture de son premier livre ?

Un premier livre est pour moi une bouteille à la mer ; on s’y met tout entier, on y est maladroit, et on y écrit parfois avec son sang, car forcément c’est un appel au secours. Aucun conseil n’est possible. Il faut nager pour survivre même si on n’a pas appris.


Un livre réussi, pour vous, qu’est-ce que c’est ?

Aujourd’hui la réussite d’un livre dépend plus de sa médiatisation que de ses qualités propres. Pour moi un livre est réussi si on a du mal à le quitter et qu’on est pressé de le retrouver. C’est un sujet, et des personnages qui nous concernent et nous attachent. C’est une écriture qui semble jaillie d’une source et qui ne pouvait de toutes façons rester cachée sous la terre. C’est parfois, rarement, un témoignage qui restera pour les siècles et les hommes à venir : une trace de vie.


Quelles phases émotionnelles avez-vous traversées au fil de la création de votre livre (écriture, envoi de manuscrit, signature de votre contrat, publication, etc.) ?Le papillon vert

J’ai surtout vécu des émotions en écrivant ; quelques moments magiques où l’inspiration vous donne des ailes.


Si c’était à refaire, est-ce que vous réécririez votre ou vos livres de la même façon ?

Certainement non, car l’écriture vous transforme et vous n’êtes plus le même.


Posez-vous une question qui ne fait pas partie de cette liste et répondez-y.

Et Dieu dans tout ça ? Comme disait un journaliste célèbre autrefois. Il est partout, divin ou diabolique, il est l’inspiration et la main qui écrit.

 


Les lecteurs de Philippe peuvent lui écrire à l’adresse suivante :
Philippe.meyrignac[at]orange.fr

Nous vous invitons aussi à le suivre sur Facebook : voir sa page

 


  • Facebook
  • Twitter
  • Google
  • Pinterest
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Blogger
  • Digg
  • Add to favorites
  • Email

Comments

comments

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *