Sélectionner une page

Interview auteur – Yves Giombini

20 Mai 2017 | Interviews auteurs | 2 commentaires

Aujourd’hui, notre site rouvre ses portes après avoir fait peau neuve, et c’est Yves Giombini, dernier arrivé dans la maison EHJ, qui étrenne ce nouvel habillage et répond à notre interview auteur.

Rappel du principe : 10 réponses au moins parmi une vingtaine de questions qui sont proposées à nos auteurs.

De quoi vous permettre de mieux connaître l’auteur de Nos nuits courrielles.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire et à quand remonte cette passion ?

C’est tout à fait anecdotique : Au collège, en classe de 6ème, ma jeune professeur de français – dont j’étais tombé sous le charme – nous avait donné comme sujet de rédaction « Vous avez voulu être poète, au sens étymologique du terme, c’est-à dire créateur. Racontez. » Je n’avais pas raconté mais j’avais écrit un poème sur la nuit : « La nuit est un jour vécu les yeux fermés… ». Je me le rappelle encore. Elle m’avait donné une excellente note, la meilleure de la classe : 8/10 (je crois que je méritais davantage, mais…). Elle m’a demandé de le lire à haute voix. Je l’ai fait, malgré mon émotion et mon trouble, devant mes camarades ébahis. Ce jour, cette année, cette professeur, ont été déterminants.
Bien des années plus tard, je suis retourné dans cet établissement. Il ne restait plus aucune trace d’elle…


Vous écrivez le matin, le soir, la nuit ? Suivez-vous une organisation précise pour planifier vos séances d’écriture ?

Je n’ai aucun moment privilégié pour écrire. C’est quand ça vient. J’ai cette chance aujourd’hui de pouvoir choisir « quand ». Ça n’a pas toujours été le cas, notamment durant ma vie professionnelle (enseignant/formateur) et durant les « années famille » (4 enfants). J’aime bien écrire en voyage, dans le train.


Quelles sont vos sources d’inspiration ?

La vie, les gens, les émotions, les sentiments : nous autres, auteurs, nous sommes anthropophages !


En dehors de l’écriture, vous avez des hobbies ou d’autres passions artistiques ?

En deux mots : LES MOTS ! Les mots écrits, dits, chantés, mimés : j’anime des ateliers de théâtre, je suis comédien, je donne des récitals, j’écris des chansons qui sont mises en musique, je mets en voix des textes…


D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, pouvez-vous en parler ?

Oui, toujours, en non-stop :
=> Une nouvelle « L’offrande » qui va être illustrée par une artiste-peintre Anca-Sonia (Une louve qui fait l’offrande de son dernier louveteau aux hommes, afin qu’il échappe aux crocs du loup Bêta, nouveau chef de la meute, après la mort d’Alpha, son compagnon)
=> Un livre de récits et de nouvelles (compilation de nouvelles anciennes et surtout inédites)
=> Un roman « Ça aurait pu être moi », écrit sous forme de prose poétique sans ponctuation (hormis les points d’interrogation). Il raconte l’histoire de l’adolescence d’une jeune artiste dans un pays de l’est en pleine guerre civile , son éveil à la conscience, son chemin pour exister dans le chaos, ses amis, ses amours, ses…


Que pensez-vous de l’édition numérique (avantages/inconvénients) ?

J’ai, pour ma part, toujours privilégié le livre papier au livre numérique. Mais je ne cherche pas à résister à la vague. Je préfère surfer sur elle, qui ne peut être endiguée. Et si je privilégie le fait de tourner les pages, de sentir physiquement le livre dans les mains et de sentir son odeur, je reconnais pleinement les avantages de l’édition numérique, sa souplesse, sa facilité d’accès, son transport, son coût… Rien n’empêche d’allier l’un à l’autre et c’est ce à quoi je vais m’employer par la communication autour des sites et plateformes de vente, et par une présence dans les lieux du livre : librairie, salons, festivals, événements…


Comment imaginez-vous l’avenir de l’édition (en France, en particulier) ?

Je découvre cet univers. Je n’ai pas assez de recul pour donner une réponse.


Vous êtes plutôt chien ou chat ? Vanille ou chocolat ? Thé ou café ?

Chat, Vanille (pour la glace), chocolat au lait praliné, Café pur Arabica.


Votre musique préférée ? Écrivez-vous en musique ?

Pop, rock, folk. Non, très rarement. Les mots sont musique.


Des auteurs de référence à citer qui influencent votre écriture ?

Pas un en particulier pour influencer mon écriture, mais il y a une culture de la littérature française dans laquelle j’ai baigné : un patchwork en fait entre classiques et modernes (poètes, romanciers, paroliers,…). Les citer tous serait impossible et fastidieux.


À travers vos livres, quel(s) message(s) souhaitez-vous véhiculer ?

Pas de message particulier, sinon un partage des émotions au travers des situations de la vie des hommes.


En publiant un livre, quel est votre objectif principal ?

Publier, pardonnez-moi cette évidence, c’est « rendre public ». C’est exposer en s’exposant. C’est toujours cette envie de dire, d’être entendu, de donner à entendre, à voir,… C’est donc aussi le « désir » d’être lu par le plus grand nombre, d’être… aimé ! Et cela n’a rien de narcissique, c’est juste une aspiration philanthropique. Enfin, je ne me cacherai pas derrière mon petit doigt pour dire que si la publication permettait de vivre convenablement de ses écrits, il n’y a pas à s’en défendre, que l’on soit auteur, éditeur, imprimeur, vendeur en ligne, libraire…


Pourquoi avoir choisi les Éditions HJ pour publier votre ouvrage ?

C’est grâce à un heureux concours de circonstance, la circonstance en question étant une auteur de la maison, Cathy Seigneur – alias Kathy Dorl – qui a présenté mon travail au Comité de lecture. Depuis, nous avons décidé de faire ce chemin ensemble.


Un conseil que vous donneriez à une personne qui se lance dans l’écriture de son premier livre ?

Je lui dirais de choisir son style et de peaufiner la forme. Je lui dirai d’être patiente et attentive. Je lui dirais de croire en elle mais non de « se croire », d’être fièrement humble, je lui dirais de « vingt fois sur le métier remettre son ouvrage ».


Un livre réussi, pour vous, qu’est-ce que c’est ?

Une histoire, un style, un élan, un battement de cœur.


Si vous écrivez uniquement dans un genre précis, êtes-vous attiré par d’autres types de littérature pour de futurs ouvrages ?

Pas spécialement : il y a déjà tant à lire ! Je ne suis pas fan de la SF ni des romans policiers. J’aime les histoires de vie, les histoires des hommes et des femmes dans leurs bruits et dans leurs silences.


Quelles phases émotionnelles avez-vous traversées au fil de la création de votre livre (écriture, envoi de manuscrit, signature de votre contrat, publication, etc.) ?

Je n’en ai raté aucune. Je les ai prises comme elles venaient, avec sérénité, envie, curiosité, enthousiasme, étonnement…


Vous êtes plutôt voiture ou vélo ? Mer ou montagne ? Cinéma ou télévision ?

Vélo pour la balade – Mer ET Montagne – Cinéma ET télévision.


Si c’était à refaire, est-ce que vous réécririez votre ou vos livres de la même façon ?

Oui, bien sûr ! Non, bien sûr ! Parce que je suis le même, mais différent. J’ai pris un peu de bouteille, j’écris et je réécris, je corrige, je coupe, je traque,… J’écris les livres que j’aime lire, même si je fais parfois quelques concessions à la modernité de la langue (phrases plus courtes : il ne faut pas fatiguer le lecteur, le pôvre !)


Posez-vous une question qui ne fait pas partie de cette liste et répondez-y.

Yves, c’est quand le bonheur ? Le bonheur, c’est carpe diem !
Yves, c’est quoi le but ? Le but, c’est le chemin.


Les lecteurs d’Yves peuvent le suivre sur Facebook : voir sa page
Vous pouvez aussi lui écrire à l’adresse : ygiombini[at]sfr.fr

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

2 Commentaires

  1. Norbert JOUVE

    Quelques mots pour te dire, mon cher Yves, que j’ai apprécié ton interview et les réponses que tu donnes sont déjà de la littérature, fan de la première heure, de la première édition, je demeure fan ! J’aime ton talent de poète, d’écrivain, d’homme de théâtre que j’ai eu maintes fois le plaisir, de rencontrer, de vivre… Et en plus de tes qualités d’esprit, tu possèdes ces qualités de cœur rares qui touche le mien !

      (Citer)  (Répondre)

    Réponse
  2. Yves GIOMBINI

    Quant à moi, c’est ton commentaire qui me touche. Merci, cher Norbert. Finalement, comme Colette, j’ai envie de dire que « le meilleur en moi, c’est les autres »… 🙂

      (Citer)  (Répondre)

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follows

Abonnez-vous à notre newsletter

En rejoignant notre cercle de lecteurs, vous recevrez toutes nos news importantes et profiterez d'offres dédiées, de cadeaux surprise et d'informations réservées à nos abonnés.

Votre inscription est bien enregistrée, merci !

Shares
Share This