L'édition au service des Auteurs

Point sur les commentaires de mes lecteurs sur Amazon

le 3 Juin 2013

Manou Fuentes

Comme vous le savez, j’ai bénéficié du professionnalisme impressionnant de l’équipe des Éditions Hélène Jacob avec laquelle mon roman L’homme qui voulait rester dans son coin a atteint puis s’est maintenu depuis plusieurs semaines aux toutes premières places du Top 100 d’Amazon.

Naturellement, j’informe régulièrement sur Facebook mes amis de cette réussite étonnante qui leur fait plaisir si j’en crois le nombre de « j’aime » que je reçois. Je tiens donc à les remercier de la gentillesse qu’ils me témoignent dans cet épisode particulièrement agréable de ma vie.

Par contre, je n’ai pas les outils nécessaires pour remercier les lecteurs qui m’ont fait l’honneur d’acheter mon livre, de le lire et de laisser des commentaires pour aiguiller en toute sincérité de futurs lecteurs potentiels.

Si certains de ces lecteurs sont peut être des amis, la majorité sont des inconnus. Donc, à chaque nouveau commentaire mis en ligne (32 à ce jour) je clique sur le lien avec appréhension et à chaque fois une émotion me traverse.

Si dans l’ensemble les commentaires sont élogieux, certains, peu nombreux heureusement (4 ou 5), ne sont pas franchement positifs et donc assez désagréables pour mon égo amazonien fraîchement né.
Je sais bien que c’est la règle du jeu, mais parfois, cette règle n’est pas facile à vivre, d’autant que je n’avais jamais été jusqu’alors, l’objet de critiques publiques.

Bon, ceci étant dit, un certain esprit de dérision m’anime et je m’en vais donc vous faire part d’un des plus critiques que j’ai reçus. Je vous le livre sans détour et vous comprendrez la blessure narcissique que cet écrit m’a infligé:

« L’intrigue ne m’a pas captivé. Peu de rebondissements et la fin est quelconque. Je ne le recommande pas sauf pour mieux s’endormir ».

Bon, deux ou trois autres commentaires de la même veine me sont parvenus et je ne vais pas pousser le masochisme jusqu’à tous les rappeler. Un seul, je pense, suffit. 🙂

Par contre, certains m’ont fait très plaisir et ont sans doute contribué au maintien de mon livre dans des hauteurs inespérées de ce Top.

Parmi tous ces commentaires, un m’a particulièrement touchée et je ne résiste pas au plaisir de vous le livrer.
Il émane d’un lecteur anglais, suffisamment connaisseur de notre langue pour avoir réussi, sans s’endormir lui, à lire le livre jusqu’au bout et à l’apprécier au point de comparer l’antihéros de mon roman au Candide de Voltaire !

Étant donné mes compétences très moyennes en Anglais, j’ai eu besoin de « Google traduction » pour en comprendre toutes les subtilités.

J’espère qu’à ma différence vous pourrez le comprendre « en live ». Je remercie donc vivement ce lecteur anglais, le Dr. John G. Vernon.

This book is a must for those who love France. It is a philosophical novel taking after Voltaire’s « Candide ».

The hero, at first a faceless nonentity, is shaken into life by contact with mortality.

Via long philosophical ramblings of an utterly French type, including a period of exitentialism, he reaches a position of wonder at the gift of life. As well as the philosophy there are elegiac description of the south coat of France where the author lives. Interspersed in the philosophy is an amusing storyline.

I found it difficult to put down; redolent of both the Mediterranean and of the way French people think. If I had a reservation, it was that the hero is curiously asexual, but this in no way reduces the fun of reading this book.

 

Comments

comments

    5 Commentaires

  1. Bonsoir Manou,

    Un p’tit jeune sur le site arrive, un œil neuf ou d’occasion, je ne sais pas… Internet est une centrifugeuse à double effet, notre tête peut être ballottée par le souffle admiratif des lecteurs, ou vrillée par les plus intrépides, avides de critiques négatives…

    En lisant ton témoignage, je me prépare et de toute façon, je compte bien porter, supporter, et déporter les critiques…, en fonction de leur nature…

    Merci du témoignage très encourageant, dans quelques mois, je me métamorphoserai sûrement en lecteur inconditionnel des artistes des EHJ…, dès que j’aurai fini mon baptême du net.

    Pour l’instant, j’applaudis.

    A bientôt

    Sincères Amitiés

    Cyrille

    Cyrille Marais

    21 mai 2014

    • Bonsoir Manou,

      Je surf et je m’emploie à connaître les auteurs et futurs collègues… J’ai déjà trouvé un polar qui m’interpelle… Alors…

      Si j’apparais énigmatique, c’est bien involontaire. Tout est sur Karlauprey… Une énigme en cache assurément une autre… Très enrichissant de trouver des avis, expériences et historiques de publication, après quelques mois de doutes, de galères, et de travail en parallèle.

      A bientôt de se lire

      Bien amicalement

      Cyrille

      cyrille.marais

      22 mai 2014

  2. Cyrille Marais,

    Cyrille bonjour,
    J’ail lu avec plaisir et étonnement ton commentaire. En effet, mon article a té écrit il y a longtemps et il n’avait pas eu jusqu’à ton post, grand écho. Les hasards du net font donc bien les choses. Tu es tombé sur le site EHJ au cours de tes périgrinations. J’espère que tu en seras satisfait. Je te remercie de ton commentaire, fort bien écrit et quelque peu énigmatique. À bientôt j’espère. Manou.

    Manou Fuentes

    22 mai 2014

  3. cyrille.marais,

    Ravie que ta balade te conduise jusqu’au nous. Équipe sympa, ambiance amicale. J’espère à bientôt. Manou

    Manou Fuentes

    22 mai 2014

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On Google PlusVisit Us On InstagramVisit Us On YoutubeCheck Our Feed