L'édition au service des Auteurs

Publications du mois d’octobre

le 15 Sep 2014

Voici les 3 titres que nous sommes impatients de vous proposer durant le mois d’octobre (pas de sortie le 27/10).

 


 

Game over06/10 : Game Over ! – Patrick Jaulent & Thinh Nguyen (Thriller/suspense)

Il est temps pour la Chine de se lever. C’est le retour de la dynastie Tang.
Nous sommes demain…

La Chine attaque le poumon de l’économie américaine, Wall Street, et lorsque le soleil se couche sur New York, l’épicentre de la finance mondiale n’est plus que cendres. Elle sait que ce tsunami financier va déferler sur les principales bourses de la planète qui s’effondreront les unes après les autres comme de vulgaires châteaux de cartes.

Pour sauver ce qui peut être encore sauvé, Patrick Kaplan, le président des États-Unis, et son « homme de l’ombre », Steve Forester, mènent la riposte.
Game over ! est un thriller à suspense d’une époque sans règles, contrôlée par la finance, et où la cybercriminalité est devenue monnaie courante. C’est un pavé dans la mare relatant l’ignominie d’un système capitaliste exacerbé face à l’hégémonie implacable d’un nouvel ordre planétaire.
Préparez-vous à trembler !

 


 

Micmacs Horribilis13/10 : Micmacs Horribilis – Jean-Claude Thibault (policier/polar)

Rescapé d’un attentat à la bombe qui n’altéra qu’un temps sa joie de vivre, Marcus se remit au travail. Car pour fuir le chômage, il besognait dans une agence de détectives privés, façon adultère.

Sa mission actuelle consistait à filer une charmante jeune fille qui le mena tout droit à son amant, lequel le conduisit dans un établissement bancaire d’où il ressortit porteur d’une sacoche rebondie. Un réseau occulte ! C’était trop énorme pour ce Candide.

Heureusement, son copain d’enfance, devenu journaliste d’investigation à « L’Escarmouche », l’épaula. Il n’empêche que l’enchaînement des circonstances était lancé. L’horreur allait recommencer.

Cette horreur que l’esprit facétieux de Marcus accentuait, par contraste.

 


 

Le Rital 120/10 : Le Rital (1- Dans l’enfer de l’Isonzo) – Tom Savel (littérature générale)

Lorsque, en 1902, à cinq ans et demi, Carlo débarque en Provence avec des parents fuyant la misère en Italie, il est loin d’imaginer que l’eldorado escompté par les siens ne sera jamais à la hauteur de leurs espoirs.
Souffre-douleur d’un parâtre alcoolique – avec lequel sa mère s’est mise en ménage à la suite du décès accidentel de son père – il fuit la maison familiale, à huit ans et demi, une nuit d’avril 1905. Petit Poucet perdu au milieu de la forêt, il est recueilli, dans un premier temps par des bouscatiers travaillant dans les bois environnant le village de la Cadière.

Employé ensuite alternativement comme ouvrier agricole et charretier, il traverse – à partir des années 1912 et alors que les bruits de bottes se font entendre dans toute l’Europe –, à l’instar de ses compatriotes résidant dans l’Hexagone, une période agitée pleine de haine envers des migrants accueillis dans un pays que l’Italie risque un jour de combattre du fait de son appartenance affichée à la Triplice – la France étant, elle, dans le camp opposé.
En 1915, l’Italie rejoignant finalement, et contre toute attente, la Triple Entente, il part combattre – comme tous les Transalpins résidant dans l’Hexagone – l’Autriche-Hongrie, l’ancienne alliée de l’Italie, dans le Trentin puis dans l’Isonzo où il est grièvement blessé, le deuxième jour après son arrivée…

Inspiré d’une histoire vraie, ce roman retrace, à travers le parcours du personnage principal, le long cheminement vers l’intégration des Italiens arrivés en France au début du XXe siècle, époque tourmentée durant laquelle beaucoup d’entre eux, après avoir été confrontés au racisme ordinaire, seront obligés de retourner dans un pays dont ils ne pratiquent plus la langue, pour aller combattre leur ancienne alliée, l’Autriche-Hongrie, avant de revenir et continuer à subir, pour la plupart, la discrimination.

 


  • Facebook
  • Twitter
  • Google
  • Pinterest
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Blogger
  • Digg
  • Add to favorites
  • Email

Comments

comments

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *